Projet scientifique / Scientific project

Ce carnet rassemble les informations et la documentation relatives au colloque international « Marionnettes et pouvoir : censures, propagandes, résistances (19e-21e siècles) » organisé à Charleville-Mézières du 20 au 22 novembre 2014.

[VOIR LE PROGRAMME / SEE SCHEDULE]

affiche_colloque_marionnettes_pouvoir_2014Ce colloque international s’enracine dans un double constat. D’une part, celui d’une carence d’études historiques, sociales et politiques dédiées aux théâtres de marionnettes. D’autre part, celui du lien étroit qui lie la marionnette au pouvoir dans les représentations et imaginaires collectifs, qu’elle soit revendiquée comme ontologiquement subversive par les marionnettistes eux-mêmes, utilisée comme métaphore d’une humanité vaine et manipulable dans le langage courant et dans les médias, ou encore, dotée d’une innocuité de principe lorsqu’elle est ravalée au rang de divertissement naïf et inoffensif pour l’enfance. Ainsi envisagée du point de vue de ses pouvoirs ou de ses rapports aux pouvoirs la marionnette apparaît-elle au carrefour de conceptions et d’imageries dont la prégnance n’a d’égale que la dimension contradictoire, du moins paradoxale. De surcroît, la nécessité de s’emparer de ces problématiques à la faveur d’un travail approfondi et contextualisé sur les répertoires, les techniques, les esthétiques et les pratiques, se trouve encore aiguisée par l’actualité de la création, qui offre depuis quelques années une foule d’exemples témoignant de la vitalité d’une veine satirique voire d’un théâtre d’agit-prop [1], tandis que la numérisation ou l’ouverture d’archives longtemps protégées donne matière à de nouvelles recherches.

Trois années de journées d’étude et de séminaires ont permis, depuis novembre 2011, un premier défrichage de ces questions, à travers l’examen successif des relations qu’entretiennent les spectacles de marionnettes aux formes de censure, de propagande, de résistance [2]. Dans le cadre de ce colloque, qui réunira chercheurs et artistes, il s’agira de mobiliser conjointement ces trois notions afin de questionner les relations que les théâtres de marionnettes ont entretenu avec le pouvoir (politique, juridique, économique, religieux etc.) du 19e siècle à aujourd’hui, en prenant acte des apports de la pensée de Foucault, pour ne pas se limiter aux approches idéologiques : « le pouvoir n’est pas quelque chose qui s’acquiert, s’arrache ou se partage, quelque chose qu’on garde ou qu’on laisse échapper ; le pouvoir s’exerce à partir de points innombrables, et dans le jeu de relations inégalitaires et mobiles » [3].

De la désobéissance manifeste au contournement suggestif, de l’engagement militant à la coopération intéressée, de l’offensive au repli stratégique, il s’agira de déterminer dans quelle mesure et de quelle manière l’objet-marionnette et/ou les montreurs de marionnette s’inscrivent, sur un mode aussi bien actif (quand ils en sont les agents) que passif (quand ils en sont les victimes), dans l’histoire moderne et contemporaine des actes de censure, de propagande et de résistance.

La réflexion se déploiera selon trois axes : 1) Les pouvoirs de la marionnette ; 2) la marionnette en contexte de crise ; 3) Militance et autorégulation : histoire et actualité de la construction politique et économique d’une profession.

Télécharger l’appel à communication [FR]
Download the call for paper [EN]

Colloque organisé par l’Institut international de la marionnette / Ecole nationale supérieure des arts de la marionnette de Charleville-Mézières, avec le soutien de l’EA Passages XX-XXI (Université Lumière-Lyon 2), de Textes et Cultures EA 4028 – Praxis et esthétique des arts (Université d’Artois), de l’Université Reims-Champagne-Ardenne et de la commission Recherche de l’UNIMA Internationale, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France et THEMAA.

Responsables scientifiques et organisatrices du colloque : Raphaèle Fleury (Institut International de la Marionnette) et Julie Sermon (Université Lumière- Lyon 2)

Comité scientifique : Hélène Beauchamp (Université Toulouse-Le Mirail) ; John Bell (Ballard Institute, Université du Connecticut) ; Amos Fergombé (Université d’Artois) ; Raphaèle Fleury (Institut International de la Marionnette) ; Garry Friedman (Puppetry News – Gary Friedman production) ; Joël Huthwohl (Bibliothèque nationale de France) ; François Lazaro (Clastic Théâtre ; THEMAA) ; Chantal Meyer-Plantureux (Université de Caen) ; Olivier Neveux (Université Lumière-Lyon 2) ; Didier Plassard (Université Paul Valéry-Montpellier 3) ; Julie Sermon (Université Lumière-Lyon 2) ; Jean-Claude Yon (Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines).

[1] On pense par exemple à l’émission Top Goon, histoires d’un petit dictateur du collectif syrien MasasitMati, au spectacle Putin is Skiing du Divadlo Lisen en République Tchèque ou encore aux Snuff Puppets bravant l’interdiction de manifester en Australie.

[2] Ce cycle de recherche, impulsé par la BnF et THEMAA, en partenariat avec le Clastic Théâtre et l’IIM, a donné lieu à deux séminaires et cinq manifestations. Trois dans le cadre des « Journées professionnelles de Clichy » (François Lazaro, Didier Plassard dir.) : 1) « Marionnette et censure » (3-4 février 2012) ; 2) « Marionnette / Commande, communication, propagande » (1er février 2013) ; 3) « Marionnette / Résistance(s) (1er février 2014). Deux autres dans le cadre des journées « Scène des chercheurs » (Raphaèle Fleury, Julie Sermon dir.) : 1) « Marionnettes et censures : interdictions, prescriptions, formatages ? » (9 juin 2012, BnF). 2) ; « La marionnette, instrument de propagande ? » (15 avril 2013, Musées Gadagne, Lyon).

[3] M. Foucault, Histoire de la sexualité I, La volonté de savoir, Paris, TEL Gallimard, [1976] 1991, p. 123.


Une réflexion au sujet de « Projet scientifique / Scientific project »

  1. Bravo for this medium!
    19th of September 2014 I visited a Ph D of Sadiah Boonstra at the universitiy of Amsterdam, department political history, about contemporary Wayang and the discourse of Wayang during the last centuries: ‘ Changing Wayang Scenes. Heritage formation and Wayang performance practice in (post)colonial Indonesia’ Very interesting and suited to add at this intitiative
    Frans Hakkemars

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *